Le groupe de travail contribue aux activités d’évaluation et de suivi de l’UICN, en collaboration étroite avec le Ministère en charge de l’écologie, et en lien avec le secrétariat international de l’UICN, ses bureaux régionaux et les autres comités nationaux.

1. Contribuer à la révision de la liste indicative française

Contribution à la révision de la liste indicative – évaluation des potentiels d’inscription de sites candidats (identification des critères, caractérisation de la valeur universelle exceptionnelle) – Définition d’un cadre d’analyse – recensement bibliographique des initiatives de priorisation régionale concernant le territoire français (ex. travaux de la Convention alpine, atelier régional Océan Indien) – contribution à l’élaboration d’une note de doctrine sur les priorités en matière de planification et de gestion des sites naturels et mixtes du patrimoine mondial – analyse de la liste indicative nationale et identification de sites potentiels à partir de la déclinaison des études thématiques de l’UICN – réalisation d’une base de données cartographique des sites naturels et mixtes inscrits sur la liste du patrimoine mondial et des sites prioritaires

2. Conseiller les porteurs de projets de candidatures de sites naturels

Suivi des dossiers de candidature de sites naturels et mixtes – accompagnement technique des porteurs de projets (appui aux analyses comparatives, aide au montage des dossiers, en faisant bénéficier les projets candidats des expériences d’autres pays) – contribution aux missions d’évaluation de candidatures pour le programme du patrimoine mondial de l’UICN : analyse des dossiers, réalisation de missions de terrain (évaluation de la VUE, de l’intégrité et de la gestion des sites).

3. Suivi et surveillance de l’état de conservation des sites inscrits

Suivi et surveillance de l’état de conservation des sites inscrits – réalisation de missions d’évaluation de l’état de conservation – contribution à la rédaction des rapports sur l’état de conservation des sites inscrits – mise en place d’un système de surveillance continue des sites naturels à travers un processus de partage d’informations: conservation outlook assessment – réalisation d’un état des lieux périodique (annuel) de la gestion des sites inscrits

4. Contribution au renforcement des capacités de gestion des sites

Contribution au renforcement des capacités de gestion des sites – mise à disposition d’outils d’aide à la gestion (traduction et diffusion des études thématiques et des lignes directrices de l’UICN, déclinaison de la trousse à outils UNESCO « amélioration de notre patrimoine ») – organisation d’ateliers de formation à destination des gestionnaires de sites, en lien avec le programme Patrimoine mondial de l’UICN (ex. définition de plans de gestion, gestion de la fréquentation touristique, suivi de l’état de conservation de la biodiversité) – mise en place d’une plateforme d’échange d’expériences de gestion (centre de ressources), programme de visites de sites à destination des gestionnaires à l’échelle régionale (ex. La Réunion – pays d’Afrique et Madagascar) – analyse de l’efficacité de gestion des sites et mise en place d’un processus de certification (liste verte) – édition d’un guide sur les mécanismes de financements durables et les fonds de coopération mobilisables à l’échelle internationale.

5. Développer la coopération technique au sein de la francophonie

Le groupe de travail Patrimoine mondial du Comité français de l’UICN travaille en partenariat avec les principaux acteurs institutionnels intervenant dans la mise en oeuvre de la Convention du patrimoine mondial en France.

Partenaires techniques

Programme international du patrimoine mondial de l’UICN Bureaux et programmes régionaux de l’UICN Comités nationaux de l’UICN

Partenaires financiers

Pour les actions réalisées en France : Ministère de l’Ecologie, du développement durable et de l’énergie (MEDDE/DHUP) Pour le réseau francophone (en cours de sollicitation) : Organisation internationale de la francophonie, Ministère des affaires étrangères, Agence française pour le développement, Fonds français pour l’environnement mondial, secteur privé.