CONTEXTE

Forêts primaires et anciennes de hêtres des Carpates et d’autres régions d’Europe

Depuis la fin de la dernière période glaciaire, le hêtre d’Europe s’est répandu à partir de quelques refuges isolés dans les Alpes, les Carpates, les Dinarides, la Méditerranée et les Pyrénées, en l’espace de quelques milliers d’années, un processus qui se poursuit encore aujourd’hui. Le succès de la progression du hêtre s’explique par son adaptabilité et sa tolérance à différentes conditions climatiques, géographiques et physiques.

Le bien est inscrit au titre du critère (ix) : « les forêts primaires de hêtres des Carpates et les forêts anciennes de hêtres d’Allemagne sont indispensables à la compréhension de l’histoire et de l’évolution du genre Fagus qui, compte tenu de sa vaste distribution dans l’hémisphère Nord et de son importance écologique, occupe une place prépondérante dans le monde. Ces forêts tempérées complexes, non perturbées, présentent les structures et les processus écologiques les plus complets et exhaustifs de peuplements purs de hêtres européens dans une diversité de conditions environnementales et représentent toutes les zones d’altitude allant du littoral à la ligne forestière des montagnes. »

L’UICN a évalué les Forêts primaires de Slovaquie, proposées par la Slovaquie comme bien naturel en série en 2003 ; toutefois, l’État partie a retiré la proposition qui n’a pas été discutée à la session correspondante du Comité du patrimoine mondial (Suzhou, 2004). L’évaluation de l’UICN, à l’époque, soulignait qu’il était nécessaire que les États parties Slovaquie et Ukraine collaborent pour mieux conserver leurs dernières forêts de hêtres. En 2006, les États parties Slovaquie et Ukraine ont conjointement soumis une nouvelle proposition pour un bien naturel transnational en série des vestiges clés de leurs dernières forêts de hêtres des Carpates qui a été inscrit sous le nom de « Forêts primaires de hêtres des Carpates » en 2007 (Décision 31 COM 8B.16) après une recommandation positive de l’UICN.

En 2010, les Forêts anciennes de hêtres d’Allemagne ont été proposées comme extension transnationale en série du bien inscrit par la Slovaquie et l’Ukraine. Cette proposition modifiait la portée de la Valeur Universelle Exceptionnelle pour inclure des forêts anciennes (plutôt que primaires) où des activités humaines avaient eu lieu par le passé à différents degrés et qui avaient été exploitées, y compris pour la coupe de bois, la récolte de bois de feu, la chasse et le pâturage en forêt. L’UICN a recommandé de différer cette extension mais le Comité du patrimoine mondial a approuvé l’extension en 2011, créant un bien en série agrandi, partagé par trois pays et portant le nom de Forêts primaires de hêtres des Carpates et forêts anciennes de hêtres d’Allemagne (Décision 35 COM 8B.13). Dans sa décision, le Comité encourageait les États parties à « poursuivre ces efforts en coopérant avec le soutien de l’UICN et du Centre du patrimoine mondial, avec les autres États parties intéressés à une proposition d’inscription en série transnationale aboutie afin d’assurer la protection de cet écosystème forestier unique. »

Repères

Date d’inscription : 2007
Extension : 2011,2017
Critères : (ix)
Bien : 92 023,24 ha
Zone tampon : 253 815,38 ha

Liens utiles

Fiche de DVUE (UNESCO)
Dossier d’inscription (2017)
Dossier d’inscription (2011)
Dossier d’inscription (2007)
Informations complémentaires (anglais)
Présentation powerpoint (07/2018)

Calendrier prévisionnel

Octobre 2018 : réunion de travail européenne (à confirmer)
Janvier 2019 : possible dépôt sur la liste indicative française
Janvier 2020 : date limite de candidature auprès de l’Unesco

Répartition des sites

PAYS : Albanie / Allemagne / Autriche / Belgique / Bulgarie / Croatie / Espagne / Italie / Roumanie / Slovaquie / Slovénie / Ukraine

Projets d’extension

Le bien transnational « forêts de hêtres d’Europe » compte aujourd’hui 77 composantes réparties dans 12 pays. Un troisième et dernier projet d’extension, auquel la France sera partie prenante, est en cours de préparation avec en vue d’aboutir en 2020.

Dans sa décision 41 COM 8B.7 (2017), le Comité du patrimoine mondial « demande aux États parties d’envisager à l’avenir l’élargissement des éléments constitutifs en consultation avec l’UICN et le Centre du patrimoine mondial pour parvenir à une superficie minimum de 50 ha et de renforcer le niveau de protection au sein des zones tampons et la continuité écologique, particulièrement entre les éléments constitutifs, et recommande en outre aux États parties intéressés d’assurer que les éléments constitutifs inclus dans toute extension future dépassent les conditions minimales requises pour pleinement répondre aux exigences d’intégrité, de protection et de gestion » (pour les composantes d’un cluster d’une surface minimale de 100 ha)

Ces caractéristiques doivent guider le choix des nouveaux sites proposés pour inscription.

Préparation française

Il a été proposé aux autorités françaises (Ministère de la Transition écologique et solidaire et Ministère de l’Agriculture et de l’alimentation) de fournir d’ici la fin du mois de septembre 2018 une liste de 5 à 10 hêtraies, correspondant à des critères d’éligibilité renforcés par rapport à la demande du Comité du patrimoine mondial, et apportant une valeur ajoutée par rapport aux 77 composantes inscrites. Un groupe d’experts sera réuni à deux reprises, en juillet et en septembre 2018, afin d’établir une pré-liste et de discuter des propositions prioritaires. Ont été sollicités pour participer à cette réflexion les experts et représentants de réseaux suivants : Nicolas DEBAIVE, Alexis DUCOUSSO, Nicolas DRAPIER, Vincent BOULLET, Daniel VALLAURI, Christian GAUBERVILLE. Si vous connaissez des experts susceptibles de pouvoir contribuer à ce travail d’identification, vous pouvez contacter Wolfgang BORST (MTES) ou Thierry LEFEBVRE (UICN).

CRITERES

Obligatoires

Les sites doivent répondre à plusieurs critères techniques, requis par le Centre du Patrimoine mondial et l’UICN dans ses évaluations des précédentes extensions :
– Superficie minimale : 100 ha de zone coeur

– Zone tampon effectivement gérée

– Foncier public majoritairement

– Ancienneté : 120 ans minimum (non intervention)

– Peuplement hêtraie dominante

– Statut de protection fort (UICN I, II, III, IV)

Représentativité

Les sites proposés pour l’extension doivent présenter un caractère additionnel par rapport aux composantes déjà inscrites. Pour ce faire, il est demandé de prendre en compte les critères suivants :

– Répartition biogéographique (sous représentation de l’Ouest des Alpes, de la région Atlantique)
– Gamme altitudinale (complémentaire des sites déjà inscrits)
– Composition floristique (complémentaire des sites déjà inscrits)
– Substrat géologique (complémentaire des sites déjà inscrits)

Orientations pour la France

CHOIX DES SITES

Une première liste de sites potentiels en France a été établie, à partir de la short list de Vienne (2012) et de propositions adressées par des réseaux d’espaces protégés. Vous pouvez télécharger le fichier au format Excel en cliquant sur le lien ci-dessous.

Voir la pré-liste